Thérapie par crochetage

C’est une technique qui permet de liberer les tensions tissulaires en profondeur, lorsque celles ci sont difficiles d’accès avec la main.

Elle consiste à interposer la spatule du crochet entre les cloisons musculaires ou ligamentaires afin de restaurer les plans de glissement fasciaux des tissus concernés.

La pratique du crochetage repose sur différents principes :
-une connaissance de l’anatomie palpatoire de chaque région afin de repérer précisément les cloisons à investiguer,
-un bilan manuel minutieux afin de localiser les changements de texture dus aux accolements tissulaires,
-l’abord centripète de la lésion et le respect des règles d’utilisation des crochets, autant par la main instrumentale que la main palpatrice.

Le crochetage est une methode de traitement ayant pour origine Kurt Ekman,un kinésithérapeute, collaborateur suedois du Docteur CYRIAX dans les années 50.
Celui-ci eu l’idée de créer des outils de différentes courbures se terminant par une spatule permettant l’interposition du crochet entre les éléments à libérer inaccessibles à la main du fait de l’épaisseur des doigts.

La technique va permettre de libérer les accolements des cloisons entre les différents tissus qu’ils soient d’origine musculaire, ligamentaire ou aponévrotique en éliminant les tensions ou fibroses gênant la mobilité des plans de glissement, ella va permettre de retrouver une meilleure trophicité locale et une meilleure qualité tissulaire de la région concernée.

La technique, très utilisée en pathologie sportive, présente de nombreuses indications dans toutes les pathologies concernant les tissus qu’elles soient d’origine traumatique, inflammatoire ou concernant les neuropathies périphériques d’enclavement.
Le crochetage comprend de nombreuses indications thérapeutiques afin d’aborder efficacement des pathologies variées telles que : aponévrosite plantaire, périostite, tendinite d’Achille et rotulienne, syndrôme de l’essuie-glace, pubalgie, entorse, PASH, épicondylite, canal carpien, syndrôme du défilé des scalènes, névralgies d’Arnold…